« J’en voulais à Dieu »

Quand la mort est mal comprise

« …Au cours d’une prière, j’ai exposé la rancune envers Dieu qui m’habitait. En fait je me rendais compte que je le considérais au mieux comme un menteur : Il disait être la vie et il avait laissé la mort entrer en moi et dans ma famille. Il a été reçu le texte de la Résurrection de Lazare… D’un seul coup c’est comme si Jésus me disait : je sais que tu me reproches la mort de ton frère. Le soir dans mon lit, j’ai relu à tête reposée la totalité du texte. Là encore, j’ai vécu quelques choses de fort. Je me suis vraiment sentie dans la peau de Marthe et Jésus me parlait. Dans le texte Jésus répond à ses disciples : « sa maladie n’est pas mortelle ». Cela m’a atteint fortement, c’est comme s’il me disait : « c’est toi qui vois les choses ainsi, les choses que tu crois mortes ne le sont pas . » D’un seul coup j’ai eu la certitude qu’il disait la vérité . J’ai été touchée qu’il me demande de croire. J’ai choisi aujourd’hui d’abandonner mon regard négatif sur la vie, je m’accrocherai à cette parole à chaque fois que je vivrai un combat… Merci à Dieu et à vous tous. »